Nos activités menées en SRI

Le périmètre rizicole de BAMA d’une superficie de 1 200 ha est organisé en 8 coopératives, les coopératives sont regroupées dans l’UCRB (Union coopératives rizicole  de BAMA. Les Activités  SRI se sont déroulées  en étroite collaboration avec ces différentes structures dont certains adhérents sont aussi membres de AMAPAD.

  • La rédynamisation des coopératives

Il s’agit de faire le diagnostic de chaque coopérative. Cette étape qui est très primordiale dans notre méthode de formation. Elle se déroule en phase théorique et pratique à travers des modules dont l’objectif est de mieux structurer les coopératives, leur donner et/ou redonner une vie afin d’être à mesure de relever les défis auxquels elles feront face. Le diagnostic est fait par les coopérateurs eux-mêmes qui égrainent leurs difficultés et proposent les solutions. Cette étape est couronnée  par la proposition de la

liste de producteurs devant suivre la formation SRI et le choix du site de leur formation théorique et pratique.  La méthode AMAPAD combine la formation théorique au bord du champ école des producteurs(CEP) et la formation pratique et technique dans le CEP

 

Pièrre BELEM, président AMAPAD (débout à gauche)

Soumana SANOU, président UCRB (au milieu débout)

Nos formations

Les formations se déroulent  en phase théorique et pratique dans les champs écoles des producteurs(CEP) ponctuées de test de niveau et d’études de sujets spéciaux. Au cours des formations nous associons le volet recherche à travers une initiation aux observations agronomiques et à la conduite de l’Analyse de l’Agro-Eco-Système (AAES). Les visites commentées sont les portes ouvertes pendant lesquelles les producteurs apprenants expliquent eux-mêmes aux visiteurs et aux producteurs non-inscrits à la formation les techniques apprises et les avantages comparativement à leurs méthodes traditionnelles. Les visites terrains des partenaires ont pour but d’évaluer l’impact des programmes de formation qu’ils financent et de faire des audits. Une phase de restitution est organisée pour présenter les résultats engrangés aux autorités administratives, coutumières, politiques et locales et les partenaires avec la remise des diplômes aux apprenants.

 

     

Séance de formation théorique à Andromane dans la commune de BAMA à l’Ouest et

à Tanwalbougou dans la commune du Gourma à l’Est du Burkina

La pépinière SRI

La pépinière SRI est spécifique, c’est d’abord le choix de semence de qualité non contaminée, elle passe par une phase de pré germination, le repiquage des plants se passe entre le 8ème et 12ème jour de semis de la pépinière.

Formation Pratique : Séance de semis de pépinière SRI, ici les apprenantes de la coopérative 4/1 à Bama

Avantages de la Pépinière SRI

Il y a une diminution de la quantité de semences donc économie de semences. A titre illustratif avant le SRI à BAMA pour l’exploitation d’1 ha, on utilisait  entre 70à 80kg de semences   pour la pépinière, Mais avec la pratique SRI pour la même superficie (1ha) on utilise  entre 8 à 10 kg de semences pour la pépinière.

 

Le repiquage en SRI

Les plants sont repiqués très jeunes entre le 8è et le 12è et  sont plus espacés : 25 cmx25cm, et 1 plant (brin) par poquet. Contrairement à la riziculture conventionnelle où on repique plus 5 plants par poquet.

En arrière une pépinière SRI, 10 JAS (10 jours après semis)

 

Repiquage SRI : 1 brin par poquet selon l’écartement 25cm/25cm, en phase pratique les femmes de la coopérative 2 de BAMA

 

Repiquage SRI, les femmes de la coopérative 5 de BAMA

Avantages du repiquage SRI

Repiqué 1 brin par poquet selon l’écartement 25cm sur 25cm permet à la  plante d’avoir un développement épanoui avec un meilleur tallage et une épiaison de 100%.

 

  • Le sarclo-binage croisé avec la houe rotative

Il permet de lutter contre les mauvaises herbes, permet un meilleur enracinement des plantes, favorise une augmentation de la production.

Formation pratique : Séance de sarclo-binage croisé avec la houe rotative dans le CEP de la commune rurale de KOMKI IPALA, Province du Kadiogo, région du plateau central

  • Observations agronomiques périodiques

Cette phase permet aux producteurs de constater eux-mêmes les avantages de la technique SRI par rapport à la pratique traditionnelle, de déceler des problèmes et y apporter des solutions, Elle stimule chez les producteurs le gout de la recherche agronomique.

Volet recherche agronomique : Observations agronomiques dans le CEP de TANWALBOUGOU à l’Est du Burkina

Visite commentée en SRI

Journées portes ouvertes, c’est l’occasion pour les producteurs inscrits pour la formation d’expliquer aux autorités, visiteurs, producteurs non-inscrits, partenaires et techniciens ce qu’ils ont appris pendant la formation : les techniques SRI, les avantages. C’est également le lieu d’échanges directs, partage d’expériences. Ces échanges inter villages ou inter-coopératives sont très enrichissants et  permettent de sensibiliser et de convaincre les autres producteurs sur les avantages du SRI.

Visite commentée à ANDROMANE : en tee short blanc Mr KONKOBO 1er adjoint au maire de la commune de BAMA, avec le micro le chef de village, à sa droite Pierre BELEM coordonnateur SRI

      

Visite commentée à Pabré : Hervé LEGAL en échange avec Pierre BELEM

Visite commentée à TANWALBOUGOU (à l’Est du Burkina) en chemise blanche Yves OUOBA directeur de TIN TUA en compagnie de Pierre BELEM président de AMAPAD

     

Visite commentée à BAMA (Ouest du Burkina), ici les apprenantes de la coopérative 4/1 prêtes pour partager leurs expériences avec les visiteurs

Restitution et remise de diplôme

La restitution des résultats est un récapitulatif des différentes phases de la formation. C’est l’occasion de présenter les résultats atteints : les acquis, les rendements. Elle est couronnée par la remise des diplômes en présence des partenaires, des autorités et des producteurs.

Restitution à TANWALBOUGOU, ici Talhare présidente du groupement des femmes remet au nom du groupe une tenue traditionnelle à Rozeenne la représentante de Peuples Solidaires des Hautes Alpes qui finance cette formation

 

Remise des diplômes aux apprenants à BAMA en présence de :en bas à droite Soumana SANOU président de l’Union des coopératives rizicoles de BAMA(UCERB), en haut 2ème à gauche Mr Lassina Berthé Président CIRB(Centre Interprofessionnel de riz du Burkina), au milieu Pierre BELEM président AMAPAD en compagnie du préfet de BAMA et des autorités locales

 

Visite terrain des partenaires + audits

C’est l’occasion pour les partenaires d’échanger directement avec les bénéficiaires du programme de formation, toucher du doigt les réalisations, mesurer l’impact du programme par rapport au point zéro, faire des audits.

Visite terrain d’une équipe de CODEGAZ, conduite par sa présidente

         

Visite terrain de Peuple Solidaire des Hautes Alpes, conduite par sa présidente au milieu

Dans le champ SRI du Larlé Naba Tigré en compagnie de la Chine, et de Pierre BELEM

         

Visite de Prospection de Triballat (France) équipe conduite par Hervé LEGAL(INGALAN)

Quelques résultats atteints

*7 régions couvertes pour la formation et/ou appui technique en SRI

*72 Paysans relais (Agro formateurs) formés pour pérennisation des acquis

*1 566 bénéficiaires du Programme d’Amélioration de la Sécurité alimentaire 2016-2017 à travers les formations en Culture maraîchère intensive avec les bonnes pratiques dans la commune de Bama

*4956 bénéficiaires du Programme d’Amélioration de la Sécurité alimentaire en 2015 à travers les formations en SRI dans la commune de Bama

*5 760 bénéficiaires du Programme d’Amélioration de la Sécurité alimentaire en 2016 à travers les formations en SRI dans la commune de Bama

*582 366 € estimation financière pour une production brute de 2 543 tonnes  de riz SRI produit sur une superficie de 293 ha pour l’année 2014 dans la commune de Bama.

 

Tableau N°1 Données sur la production (Plaine rizicole de BAMA 2014)

 

Coopérative

Parcelles Traditionnelles  

Coopérative

                Parcelles  SRI
Superficie Rendem-

ent à l’ha

Product-ion Superficie Rendem-  ent à l’ha Production
Coop N° 1

 

21 Ha 4000Kg 84 T Coop N° 1

 

25 Ha 7 800 Kg 195T
Coop N° 2

 

48 Ha 4000Kg 192T Coop N° 2

 

50 Ha 8 700 Kg 435T
Coop N° 3

 

19 Ha 4000Kg 76T Coop N° 3

 

25 Ha 7 900 Kg 198T
Coop N° 4/1 28 Ha 4000Kg 112T Coop N° 4/1 30 Ha 8 500 Kg 255T
Coop N° 4/2 26 Ha 4500Kg 117T Coop N° 4/2 60 Ha 9 400 Kg 564T
Coop N° 5

 

22 Ha 4000Kg 88T Coop N° 5

 

30 Ha 9 600 Kg 288T
Coop N° 6

 

23 Ha 4000Kg 92T Coop N° 6

 

25Ha 8 000 Kg 200T
Coop N° 7

 

20 Ha 4000Kg 80T Coop N° 7

 

48 Ha 8 500 Kg 408T
TOTAL

 

207 Ha 841T 293 Ha 2 543T
  • Le tableau montre une augmentation nette des rendements dans toutes les coopératives grâce à la pratique SRI (Issus des rapports officiels AMAPAD-CODEGAZ)

 

Tableau N°2. Augmentation du rendement (Plaine rizicole de BAMA 2014)

 

Coopérative

Rendement  en traditionnel à l’Ha Rendement en S.R.I. à l’Ha Augmentation du rendement grâce au SRI à l’Ha
Coop N° 1

 

4000 Kg 7 800 Kg 3 800Kg
Coop N° 2

 

4000 Kg 8 700 Kg 4 700 Kg
Coop N° 3

 

4000 Kg 7 900 Kg 3 900 Kg
Coop N° 4/1

 

4000 Kg 8 500 Kg 4 500 Kg
Coop N° 4/2

 

4500Kg 9 400 Kg 4 900 Kg
Coop N° 5

 

4000Kg 9 600 Kg 4 600 Kg
Coop N° 6

 

4000 Kg 8 000 Kg 4 000 Kg
Coop N° 7

 

4000 Kg 8 500 Kg 4 500 Kg
Moyenne Générale

 

4 063Kg 8 550 kg 4 363Kg
  • Augmentation moyenne des revenus financiers des pratiquants du SRI (Issus des rapports officiels AMAPAD-CODEGAZ)

La pratique SRI permet de gagner environ 4 363 kg de plus à l’ha par rapport à la pratique traditionnelle. Cette augmentation en revenu financier est de 150 f cfa x 4 363= 654 450 f cfa à l’ha un gain d’environ 1 000 € de plus à l’ha.

 

Tableau N°3 Résultats des carrés de rendement (TANWALBOUGOU 2017)

Désignation Poids d’un carré de 2mx2m soit 4m2 Rendement à l’hectare
Semis PP dans CEP

 

0,800 kg 2000kg
Semis SRI dans CEP

 

2,800kg 7000kg
 
Repiquage PP dans CEP

 

2,600kg 6500kg
Repiquage SRI dans CEP

 

3,800kg 9500kg
 
Moyenne semis PP des Apprenants (parcelle individuelle) 0,600kg 1500kg
Moyenne SRI des apprenants (parcelle individuelle) 2,400kg 6000kg
  • Ce tableau montre une augmentation des rendements en SRI par rapport à la pratique traditionnelle, et une augmentation des rendements en repiquage par rapport au semis direct (AMAPAD-TIN TUA-Peuples Solidaires des Hautes Alpes)

 

Avantages du SRI

  1. Augmentation des rendements (de 50 à 150%) et un riz de meilleure qualité

Le repiquage 1 brin par poquet selon un plus grand espacement (25cm sur 25cm) améliorent l’exposition des plants de riz à la lumière et aux nutriments. L’irrigation par assèchement  permet un système racinaire plus large et plus efficace qu’avec la riziculture conventionnelle. On obtient  des plants en meilleure santé, avec des tiges plus vigoureuses et un meilleur tallage, conduisant à des récoltes plus abondantes et un riz de grande qualité

  1. Réduction d’eau pour l’irrigation

Contrairement aux pratiques traditionnelles, le riz était considéré comme une plante aquatique, cependant en SRI on utilise 50% moins d’eau qu’en riziculture traditionnelle. Dans un contexte mondial de changement climatiques et de rareté d’eau, le SRI est bien une solution adéquate et innovante en riziculture.

  1. Réduction des coûts de production

Une réduction de près de 90% de semences pour la pépinière en SRI par rapport aux anciennes pratiques. Une réduction de plus 50% d’intrants achetés. A titre illustratif avant le SRI les producteurs à BAMA utilisaient pour 1 ha : 250kg de NPK et 150 kg d’Urée. Avec le SRI  il y a une réduction. Pour  1h ils utilisent 150kg de NPK et 50kg d’urée pour la 1ère année de pratique SRI, au fil des années l’objectif étant une réduction d’au moins 75% d’intrants achetés. La fumure organique est beaucoup utilisée

 

      4.Protection de l’environnent

La protection de l’environnement est au cœur du SRI. La faible utilisation des engrais chimique, et l’interdiction d’utiliser les pesticides préservent et protègent l’environnement.

L’utilisation de la fumure organique (10 à 15 T/H) augmente la capacité de rétention de l’eau du sol ainsi que la richesse et la diversité des organismes du sol, rendant ce dernier plus sain et plus fertile, pour une production agricole durable.

 

Impacts socio-économiques des programmes de formations SRI

De nos formations SRI et des résultats atteints, les milliers de producteurs bénéficiaires des formations ont:

  • renforcé leurs capacités en technique de riziculture
  • une redynamisation des coopératives et les organisations paysannes, d’où une meilleure organisation du travail
  • ont eu un meilleur accès à la santé, à l’éducation grâce à la vente du surplus de leur production.
  • Le riz SRI produit est de meilleure qualité et est compétitif sur le marché national et international. Cela augure un avenir radieux pour les riziculteurs.
  • La forte implication des femmes et des jeunes (72% des formés) a permis l’opérationnalisation d’un modèle d’entreprenariat agricole qui tend vers leur autonomisation
  • Les formations SRI ont engendré la création de près de 400 emplois directs chez les jeunes filles. En effet sur les 72 agro formateurs (paysans relais) on a 45% de femmes. Elles ont à leur tour recruté des jeunes filles qu’elles ont formé en technique de repiquage SRI, en sarclo-binage croisé. Réunies en groupe de 10, elles assurent le repiquage et d’autres opérations culturales, ces emplois leur permettent de se prendre en charge économiquement.
  • De l’application des techniques SRI, il y a eu une baisse significative de la dépendance aux intrants chimiques (diminution de d’intrants chimiques de 62,5%) et un abandon de l’utilisation des pesticides chimiques.
  • Le SRI est le pont pour la transition de la riziculture conventionnelle au riz SRI biologique